Breaking VIP News
[Rumeur] On dit que Leeteuk se prépare à Noël en confectionnant un déguisement de Père Noël pour ensuite inonder l'université de cadeaux dans la nuit du 24 Décembre.
[Rumeur] On dit que Kim Yu Gyeom et Lee Jun Ho sortent ensemble. Depuis quelque temps, on voit le plus jeune rentrer de nuit chez son sunbae et ressortir le lendemain dans d'autres vêtements. Pas très malin quand l'un est le professeur de l'autre.
[Rumeur] On dit que... Kang Seul Gi materait pas mal de derrières à l'Université et aurait le compliment facile dessus. Pas si innocente que ça la Red Velvet
[Rumeur] So Ji Subet Hirai Momo sont fiancés. On dit que les deux n'iront jamais jusqu'au mariage, leurs familles ont du soucis à se faire.
[NEWS] Seo In Guk est atteint de ostéochondrite disséquante [cheville gauche]. Service militaire annulé et traitement en cours. Plus de sport, peu d'efforts et repos forcé pour le surveillant. Il souffre et devra sans doute se faire opérer.
C'est désormais public: Wooshin (UP10TION) ne participera pas au comeback de son groupe. Les vraies raisons? Anorexie, petit copain et double diabolique ne sont pas dans la presse...
[Rumeur] Un professeur et son étudiante se verraient le soir pour des cours très privés et pas très conventionnels. Les initiales KI et YS sont murmurées.
[Rumeur] On dit que Chittaphon Ten (NCT) aurait accepté d'être l'amant de Lee Donghae (Super Junior) dans une prochaine vie.
[Rumeur] On dit que... Seo Kang Joon aurait embrassé l'agent de sécurité Jun Hyung (Highlight) en plein milieu des jardins de VIP University.
[News] RapMonster ( BTS) a été aperçu avec une Jiwoo (K.A.R.D) en sous-vêtements dans une salle de l’université. Que pouvaient-ils bien faire? Pour les voyeurs~

Partagez|

Un printemps en hiver (OS - Qri x Junsu[2PM])

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Un printemps en hiver (OS - Qri x Junsu[2PM]) posté 02.02.12 1:56

Deux âmes perdues qui se rencontrent, se trouvent, s'unissent et trouvent enfin le réconfort et se séparent... La vie est ainsi faite. Mais quand ces deux âmes pourraient bel et bien être faites l'une pour l'autre, alors c'est que le destin se joue d'eux. Parviendront-ils à le déjouer ou resteront-ils seuls face à leurs échecs?

Spoiler:
 

Les rires et la fête... Qu'il y a-t-il de plus ridicule qu'un mariage? Dépenser des millier de won dans une robe ou un ensemble de créateur, assister les larmes aux yeux à des échanges de vœux qui ne dureront probablement pas. L'amour ne dure jamais. Derrière elle, les rires et la fête. Les gens insouciants s'amusent et dansent mais elle était devenue incapable de faire semblant. Elle avait sourit gentiment pour les amis, les photographes, pour ne pas entacher le bonheur éphémère de son ami mais à présent, elle ne s'en sentait plus la force. Ji-Hyeon fit tournoyer son verre de martini sur l'élégant bar en noyer, regardant d'un œil las le liquide transparent qui miroitait doucement.

-Excusez-moi... Est-ce que cette place est prise?

Machinalement, elle tourna la tête pour voir qui venait de s'adresser à elle. Elle ne le connaissait pas. Grand et élégant dans son costume trois pièce, il arborait un air légèrement blasé assez séduisant. Machinalement, elle secoua la tête pour faire signe que non et avala une nouvelle gorgée de son verre d'alcool.
Il s'assit à ses côtés et commanda une bière... Au dernier moment, il changea d'avis, considéra le verre de Ji-Hyeon et demanda du scotch. Il n'y avait qu'eux à ce bar. Tous les autres invités, leur bonheur toute voile dehors, se laissait emporter par l'ouragan de la félicité. Il la regarda du nouveau du coin de l'œil, en attendant que son verre arrive. S'ils étaient tous les deux ici, affichant ce même air las de l'existence, ce n'était sans doute pas un hasard. Pourtant, elle ne paraissait pas être le genre de fille à être seule par une telle soirée. Ses mains soigneusement manucurés, ses longs cheveux teints en châtain impeccablement peignés, sa robe de soirée crème au drapé délicat, il n'y avait pas à en douter, c'était une jolie fille. Mais d'un certain côté... Lui aussi était considéré comme un bel homme et pourtant...
Pendant plusieurs minutes, ils restèrent ainsi l'un à côté de l'autre, assis sans rien se dire. Mais sans savoir ce qui avait mené l'autre là où il était et ce qu'il y avait dans la tête de l'autre, ils se sentaient tous deux en terrain connu ainsi côte à côte. Sans cesse, sans que l'autre ne le remarque ou bien avec simplement la sensation que l'autre ne le remarquait pas, ils se jetaient des coups d'œil discrets...
Enfin, il s'adressa à elle, quand il en eu marre de faire les chiens de faïence, à se regarder sans ne jamais ouvrir la bouche.

-Vous n'avez plus rien à boire...
-''Waiting to exhale''...
-Je vous demande pardon?
-''Vous n'avez plus rien à boire''... L'homme que Bernadine rencontre au bar juste après que son divorce soit prononcé lui dit cette phrase là... C'est un film américain.
-Je ne connaissais pas.
-Peu importe.
-Je vous offre une nouvelle tournée?

Elle haussa les épaules et il prit ce geste pour un oui. Il commanda deux verres de gin tonic, ne sachant pas ce qu'elle avait bu avant. Elle ne fit aucune remarque, à ce sujet, se contentant de piocher dans les petits amuse-gueules mit à disposition sur le comptoir.

-Je m'appelle Junsu. Kim Junsu... Je suis le témoin du marié.
-Lee Ji-Hyeon, copine de lycée de la mariée.

C'est ainsi que tout commença. Les rencontres les plus importantes sont parfois celles qui débutent de façon les plus anodine. Un mariage en plein hiver, un verre au comptoir désert d'un bar... Une envie d'essayer de se raccrocher à quelque chose, à quelqu'un qui nous semblerait semblable, bien que rien ne le prouve véritablement. Même si... Qui, à part quelqu'un dont la souffrance est trop lourde à porter pourrait rester là à boire en solitaire quand le reste du monde ne pense qu'à célébrer le bonheur?
Elle venait d'un milieu modeste. Ce qui l'avait toujours sauvé, c'était son physique, avantageux. Dans un monde où l'apparence prime sur tout, c'était un don du ciel et elle en avait très vite pris conscience. Seulement, ce don du ciel pouvait aussi s'apparenter à une malédiction quand les seuls hommes qui s'intéressaient à elle le faisait pour ce physique et non pour elle-même. Elle n'avait essuyé que des échecs depuis ses débuts dans la vie amoureuse. Des déceptions, des trahisons, des larmes versées pour rien et de la souffrance à ne plus savoir qu'en faire. La dernière en date ne datait pas d'il y a si longtemps. Son fiancé avec qui elle était depuis tant d'années l'avait finalement laissé tomber peu avant le jour fatidique, soudain effrayé par l'engagement et ce qu'il impliquait. Il avait réussi à la briser de manière définitive et irréversible. Depuis, elle était cette coquille vide de toute substance, respirant et vivant parce que le sors en a décidé ainsi. Elle n'attendait plus rien. Plus rien de personne.
Lui faisait parti d'une famille avec les moyens. Il n'avait jamais manqué de rien, sauf peut-être de l'affection qu'un enfant est en droit d'attendre de ses parents. Toujours seul et livré à lui-même, son adolescence avait été houleuse et parsemée d'erreur de jeunesse. Ce n'était qu'une façon de se faire remarquer, une façon d'essayer de trouver des réponses et des preuves d'amour filiale. Alors, il avait été se perdre dans les parfums et les douceurs des femmes qu'il croisait sur sa route, sans ne jamais donner son propre cœur en retour. La peur d'être blessé, la peur d'aimer à nouveau sans le retour qui lui revenait de droit. Et puis il y avait cette fille. La fille. Celle dont on est sûr au premier coup d'œil que c'est elle... Cela faisait déjà deux ans qu'elle était morte et pourtant, il n'avait pas arriver à donner son cœur à nouveau depuis. Sans doute était-il encore trop amoché par la perte. Depuis, errant de l'amour, il avait perdu le goût à toute cette mascarade de séduction.
Et aujourd'hui, tous les deux, anges déchus des sentiments se retrouvaient par ce hasard de la vie. Une rencontre lors d'un mariage pouvait paraître romantique, pourtant dans leurs confessions, il n'y avait pas de romantisme. Juste un besoin de trouver en l'autre ce qui nous manquait. Juste le besoin de trouver du réconfort et la petite assurance que l'on n'est plus seul sur terre, meurtris par la solitude et les blessures un peu trop profonde, celles qui ne cicatrisent jamais vraiment.
Peu à peu, ils se rapprochèrent l'un de l'autre. Plus les rires et la musique devenait assourdissante derrière eux, plus ils devaient parler fort pour se comprendre. Ils se connaissaient à peine, pourtant quelque chose les liait, sûrement juste ces blessures communes mais peut-être pas. Ce qui était certain, c'est que désormais, ils n'envisageaient plus de passer cette soirée l'un sans l'autre. Dans leurs paroles et bientôt dans leurs gestes, ce réconfort qu'ils cherchaient de manière inconsciente commençait à se faire sentir.
Pour n'importe quel œil extérieur, il aurait pu s'agir d'un vieux couple, isolé pour mieux se retrouver. Ils n'étaient pas ça. Mais ils l'étaient peut-être bien quelque part. Isolés des autres, sans aucun désirs de retourner se mélanger à eux, ils se retrouvaient enfin eux-même dans les gestes et les paroles d'une personne pour se comprendre. Quelques gestes tendres, quelques regards complices... Une main sur une autre, une caresse sur l'épaule, un effleurement affectueux sur les cheveux... Et bientôt, les mots et ces quelques gestes ne suffirent plus à exprimer ce lien indicible entre eux. Il s'était trouvé, s'était cherché dans le bruit et avait découvert que la douceur existait encore. Il ne fallait pas que la découverte, trop prometteuse, s'arrête là.
Sa main s'était arrondi sur sa joue et ses lèvres, en un instant, s'était attardé sur ses lèvres. C'était sans doute complètement fou, quand on y pensait... Il n'avait fait sa connaissance que depuis quelques heures et déjà, il se retrouver à accomplir ces gestes tendres avec elle, alors qu'il avait toujours eu ça en horreur depuis toujours. Peut-être parce que, il l'avait senti dès le début, elle n'était pas comme les autres. Oui, elle était différente. Elle avait répondu à son baiser avec calme et sérénité. Il n'y avait pas de raison qu'elle se sente mal à l'aise car il n'y avait rien eu d'agressif dans son geste. En présence de cet inconnu, elle se sentait bien, comme rentrée à la maison après une longue et éprouvante tempête.

Junsu ouvrit la porte de la chambre qu'il avait réservé dans l'hôtel où se déroulait la noce, nerveux. Bien sûr, ce n'était pas la première fois qu'il demander à une jolie jeune femme de monter avec lui dans sa chambre, mais c'était la première fois qu'il le faisait en ayant conscience que cette jeune femme était fragile et qu'il ne fallait en rien que tout cela ne la brise encore un peu plus. Quelque chose lui disait qu'elle n'était pas du genre à se donner facilement au premier venu.
Ji-Hyeon avança à pas lent et intimidé. Sans être d'un luxe et d'un raffinement débordant, la chambre était suffisamment coquette et apprêtée pour faire fondre n'importe quelle jeune fille un peu sensible. Elle ne se sentait pas comme faisant parti de celles-là. Elle n'avait jamais été comme ça. De tout temps, elle s'était toujours abandonner dans les bras d'hommes qu'elle aimait, même si le degré de passion variait souvent de l'un à l'autre. Avec lui... Elle n'aurait pas su décrire ce qu'il y avait exactement. Cela ne pouvait pas être de l'amour. L'amour prends du temps elle l'avait rencontré pour la première fois il y avait à peine quelques heures.
Sûrement savait-il... Pourtant, elle se sentit le besoin de préciser les choses. Simplement parce qu'elle était comme ça. Elle n'aimait pas vivre dans le flou et refusait laisser les autre subir le flou à leurs tours.

-Tu sais, je... je ne monte pas dans la chambre des hommes que je viens de rencontrer, d'habitude.

Pour seul réponse, il acquiesça. Ils avaient fait tout ce chemin jusqu'ici et maintenant, ils se retrouvaient un peu embarrassés, loin du bruit environnant et loin de l'essor de la rencontre.
Il y avait un frigo au fond de la chambre, et, dans l'espoir de faire partir un peu cet embarras soudain, Junsu s'y rendit pour en sortir les deux bouteilles d'eau mises à dispositions. Il y avait aussi deux tasses accompagné de sticks de café solubles et de deux sachets de thé. Il versait l'eau glacé dans les verres quand la lumière s'éteint. Pour autant, il ne se défit pas de sa tâche. Peut-être était-elle plus à l'aise ainsi...
C'est à cet instant-là qu'il sentit les frêles bras de la jeune fille entourer son corps. Elle posa sa tête contre son dos, yeux clos. Il ne bougea pas. Pendant de longues secondes, ils restèrent comme ça, enlacés dans le noir, sans une parole. Contre son oreille, elle sentait son cœur battre et il lui semblait qu'il était apaisé, tout comme le sien.
Et puis, enfin, il défit cette étreinte qui restait tout de même une sorte d'élan désespéré pour une autre, plus puissante, plus exigeante. Ses lèvres se pressaient contre les siennes, se cherchant dans le noir... Leurs mains se cherchèrent également, d'abord tâtonnantes, puis plus assurés. A mesure que les gestes se faisaient plus précis, les barrières qui empêchait le contact avec la peau disparaissaient. Jusqu'à l'union. Jusqu'à ne plus pouvoir se détacher l'un de l'autre. Une étreinte puissante mais langoureuse, une chaleur enfin retrouvé et la sensation, même l'espace d'un instant que le monde ne compte plus en dehors du cercle rassurant de leurs peaux et de leurs souffle. Jusqu'à la réunion, l'expression parfaite de la tension passée, présente et à venir qui culmine, se relâche et disparaît avec la moiteur des draps...

Cela faisait combien de temps, déjà? Ji-Hyeon n'arrivait plus vraiment à se rappeler. C'était en hiver... Leur chemin s'était séparé le lendemain. A vrai dire, elle avait fuit... La peur. La peur que la magie du soir se soit évanouie avec le soleil levant. Elle avait bien entendu penser à déposer son numéro de téléphone à la réception à son attention mais avant même d'approcher le hall, elle avait chiffonné son petit bout de papier et l'avait jeter dans la première corbeille sur son passage.
Si elle regrettait? Elle ne savait pas vraiment... Le temps était passé à une allure incroyablement lente. Elle n'avait rencontré personne depuis et n'avait exprimer aucune volonté de rencontrer quelqu'un d'autre. Malgré sa peur, son souvenir était resté gravé en elle sans qu'elle ne puisse lutter. Et en même temps, il y avait tant à faire. La routine qui avait continué à la poursuivre avait eu raison d'elle chaque fois qu'elle s'était dit qu'elle pouvait contacter son amie de lycée pour lui demander le numéro du témoin de son mari. Pourtant, ça ne devait pas être tellement compliqué. Mais à force de reporter toujours au lendemain, elle finissait par perdre courage. Ainsi donc, elle ignorait ce qu'il aurait pu advenir de leur histoire. Qui pouvait prédire?
C'était peut-être mieux comme ça, après tout... Mieux que de finir par se déchirer. Puisque l'amour ne dure jamais...

L'hiver à nouveau. La neige avait commencé à tomber cette nuit et depuis, elle n'avait cessé. Tout Séoul avait revêtu son habit d'une blancheur éclatante. Les toits des maisons, les bords des routes... Tout était recouvert de la même poudre fondante et immaculée. Le vent, soufflant par intervalle était glacé. Aussi glacé que son cœur. Il ne l'avait jamais revue. Sa fragile Ji-Hyeon s'était évanouie avec la nuit, ne lui laissant aucune preuve même de son existence. Peut-être l'avait-elle rêvé... Peut-être qu'elle n'avait été qu'un mirage soufflé par son esprit encore torturé par son absence. L'absence de cette autre qui n'était plus déjà depuis bien trop longtemps pour qu'il se rappelle exactement le son de sa voix et sa façon de sourire. D'une certaine façon, le souvenir de celle qui était peut-être rien qu'un mirage l'avait remplacé... même si jamais personne ne prendrait sa place dans son cœur.
Depuis elle, depuis cet apaisement qu'elle avait été la seule capable de créer dans son âme depuis longtemps, il n'y avait eu personne. Il lui semblait que, comparé à elle, quiconque était sans saveur, dénué de ce petit supplément de cœur qui la rendait unique parce que, à sa manière, elle était plus proche de lui que n'importe qui avant.
Seulement... le temps avançait et il n'avait jamais eu de nouvelles d'elle, il ne l'avait jamais retrouvé et, de peur, qu'il s'agisse bel et bien d'un mirage, il n'avait pas osé parler d'elle à son ami. Il ne pourrait pas rester pour toujours ainsi, enfermé dans un souvenir qui n'avait peut-être jamais existé. Il fallait bien qu'un jour, il rencontre quelqu'un d'autre et fasse sa vie avec. Mais il y aurait toujours ce doute, comme quoi, peut-être, la personne qui lui était destiné lui avait bêtement échapper.

La nouvelle était tombé un matin. La grand-mère de la famille était morte dans la nuit. Une mère et à plus forte raison une grand-mère est le ciment qui unit une famille. Avec sa disparition, souvent, c'est un des murs fondateurs de la fratrie qui s'écroule. Mais le relais est passé...
Junsu se sentait quelque peu gêné d'assister à cette veillé funéraire. Bien entendu, il avait connu la grand-mère de son meilleur ami, mais au milieu de la famille de celui-ci, il avait comme la sensation d'être un peu de trop, déplacé... Comme une pièce de puzzle mise au mauvais endroit et qui jurerait par son éclat de ciel bleu légèrement différent.
Alors, pour ne pas trop empiété sur ce territoire qui n'était pas tout à fait le sien, il s'était isolé, de nouveau. On pourrait penser qu'il n'aimait pas se mélanger aux autres mais ce n'était pas le cas. Il savait que, quand c'était nécessaire, le fait de se retirer était dans le cours des choses. Personne ne lui a jamais reproché de se mettre volontairement à part aux moments les plus propices. Machinalement, il s'approcha du buffet, car c'était le meilleur moyen de ne pas avoir l'air de se désintéressé totalement à ce qui l'entourait tout en gardant ses distances.
Sur sa droite, quelqu'un le bouscula et s'excusa d'une voix très discrète. Comme si le temps venait de se figer, ils se regardèrent, leurs yeux fixes, plongés dans les prunelles de l'autre, au plus profond. Il n'y avait pas besoin de parler. Pas besoin d'explications, elles étaient superflues. Tout était limpide et rien ne l'était en même temps. Cette sensation, des plus étranges, que le temps qui s'était écoulé avec lenteur était en fait passé en un éclair, les saisit tous les deux. C'était comme rentrer en terre connue, soudain.
Était-ce l'amour? Cette question, s'ils se la posaient ne semblait pas légitime. Les erreurs passées semblaient s'être envolés. Tout ce qui comptait désormais, c'était de rattraper le temps qui avait filé. L'amour, de toutes façons, ne dure jamais... Mais en lui donnant une chance, peut-être peut-il durait plus longtemps qu'on ne l'aurait envisagé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un printemps en hiver (OS - Qri x Junsu[2PM]) posté 02.02.12 18:50

*vient de finir* Omg, décidément j'aime ta façon d'écrire, et l'histoire était intéressante, et originale, comme tes autres d'ailleurs. **
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un printemps en hiver (OS - Qri x Junsu[2PM]) posté 03.02.12 1:10

Wow, ça va vite tout ça dis donc ! xD
Une histoire joliment racontée, ça m'a fait plaisir de la lire !
(Il est space Junsu quand même)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un printemps en hiver (OS - Qri x Junsu[2PM]) posté 15.02.12 22:28

Ahhh ma jumelle !!!! C'était super, comme d'habitude. En fait, j'ai pas vraiment autre chose à ajouter à par ce que je t'ai déjà dit XD mais bon, je vais le redire une deuxième fois au cas ou tu n'aurait pas compris :p
C'est un super OS, super bien écrit !!! (En même temps c'est toujours super bien écrit avec toi !)
Bref, je me tais. Merci en tout cas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un printemps en hiver (OS - Qri x Junsu[2PM]) posté

Revenir en haut Aller en bas

Un printemps en hiver (OS - Qri x Junsu[2PM])

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» PANPAN ▬ "Aussi froid que soit l'hiver, le printemps viendra. Après tous les chagrins, la joie renaîtra."
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Kirk Mueller quitterait le CH au printemps .. !
» Le nouveau thème d'hiver !
» Design - Hiver 2011 | IMPORTANT |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIP™ ♥ :: Hors RPG :: Corbeille :: Autres :: Cimetière autres :: Flood &Graphisme-