Breaking VIP News
[Rumeur] Il semblerait que Song Kyung Il accumule les bouteilles d'alcool vides...
[Info] ParkChaeYeong - Rosé a trouvé bon de faire trempette dans le seau d'eau du concierge. Pas sûr que la scène ait été glamour… (lien vers le rp)
[Info] Park Kyung Ri a été vue se jetant dans les bras de Kim Young Kwang avant de l'embrasser dans les couloirs de l'université et ça se passe ici.
[Rumeur/News] Il semblerait que Mimi soit entrain de consoler son pire cauchemar sur patte, Jae Jun, alors que ce dernier est entrain de pleurer comme un bébé (lien du rp)
[Rumeur] Moon Bin aurait un amour secret avec une Baleine qui se prénomme Jéraldeau.
[Rumeur] Binnie se ferait lécher par des animaux, serait-elle zoophile ?
[Rumeur] Grâce à Lee Félix la mode est au cache-oreilles, accessoire de mode et de protection.
[Rumeur] On raconte que Lee Félix lécherait les oreilles des autres élèves, et on le surnomme "le pro de la langue". Étrange cet enfant...
[Rumeur] Jun Ho et Ki Bum ont l'air d'avoir signé l'arrêt de guerre depuis janvier dernier. C'est calme dans les couloirs.
[Rumeur] On raconte que Chae Hyungwon et Park Soo Yeong auraient finalement passé le cap de simple ami.

Partagez|

J'embraserais ton cœur pour mettre une étincelle dans tes yeux. - OS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: J'embraserais ton cœur pour mettre une étincelle dans tes yeux. - OS posté Dim 30 Oct - 4:15

J'embraserais ton coeur pour mettre une étincelle dans tes yeux.
KiHyun & MinHyuk



"Elle nous fait une crise, défibrillateur !"

Bip, bip, bip. Pouls trop élevé, coeur qui lache doucement, las d'efforts inutiles. Les veines longuement tranchées, hémorragie qui ne cesse que difficilement. L'appareil en marche, choc électrique.

"Réessayez ! Encore une fois !"

Ses yeux étaient vitreux, mais grandement ouverts. Sa respiration sifflante était entrecoupée de hoquets qui lui bloquaient les poumons.

Consciente ? Sûrement pas. Pas plus la qu'au moment où elle avait regardé de travers le scalpel sous son matelas.

"Pourquoi juste une entaille ? Pourquoi pas un peu plus ?"

Les marques sur son poignet n'étaient plus suffisantes. Elles ne la rapprochaient plus de la mort comme elle l'aurait voulu. Ca avait toujours été comme... Comme un délire, un fantasme, même elle ne saurait l'exprimer.

Juste une petite cicatrice. Deux. Trois. Puis des dizaines d'autres. Ca avait été amusant un moment, regarder le sang couler, le liquide devenir de plus en plus poisseux.

Et puis c'était devenu lassant au final.

Comme une droguée au bout d’un certain temps, elle ne retrouvait plus cette sensation qui s’accompagnait à la douleur, cet apaisement qui survenait paradoxalement au moment où elle se faisait du mal.

Alors elle était allée plus loin.



******

De WonHot ♥
à : ♥ MinHyukie

10h14 : MinHyuk ~ On sort cet aprèm ? Ca nous changera les idées. A toi surtout ):

11h47 : Tu dors encore ? :’( Ou tu veux juste pas répondre ? Je comprends tu sais ^^ Je suis là en cas de besoin tu sais.



17h02 quand il voit les messages. 17h03 quand il se met à pleurer. Il inspire de manière saccadée, expire avec difficulté. Comme si l’air était peuplé de cendres qui tapissaient son âme d’un dépot noir, l’étouffant doucement. Ses sanglots se firent de plus en plus bruyants, mais qu’importe ? Personne n’allait venir. Il n’y avait personne. Plus personne. Il a mal au coeur, dans les deux sens du terme. Il appuie sur le côté gauche de son torse, tentant de faire taire la douleur qui y résidait. Il se recroqueville de nouveau. Sa main droite parvient à bouger, encore tremblante, mais elle y parvient. Elle saisit le cellulaire, répondant enfin à celui amoureusement appelé “WonHot ♥”.



De : ♥ MinHyukie
à : WonHot ♥

17h04 : Désolé, j’avais vu aucun de tes messages O: Et arrête de t’inquiéter mdr, je vais bien, quand même èè Et il se fait un peu tard, mais on sort quand tu veux ! On va dans un café ou un restau ce soir ?

Rep : 17h05 : Ok ok j’arrête de m’inquiéter x: Je viens te chercher dans une dizaine de minutes alors !



Dix minutes. Ca allait. Encore tremblant, il se leva. La salle de bain. Le miroir. Lui. Il avait le teint livide mais avec un peu de fond de teint ça irait. Il avait les yeux rouges, des cernes mais avec ses lentilles et le bon maquillage on ne voyait rien. Il sourit devant la glace. Il rit, même. Ca paraissait naturel. Et même ses côtes apparentes, un gros manteau et ça allait. Lee Min Hyuk était heureux, souriant et en bonne santé, comme d’habitude. Et ça aux yeux de tous. Même aux yeux de Ho Seok.

Le bruit de la sonnette se fit. Ce n’était ni un “Driiiing”, ni un “Ding Dong”, la sonnette de l’appartement de Min Hyuk. C’était un bruit aigu qui faisait penser aux capteurs de pulsations cardiaques dans les hôpitaux quand tout s’arrête, quand ils font ce bruit continu qui hante les pensées du jeune homme depuis qu’il l’imagine sans cesse retentir dans la salle où elle dormait.. Enfin, ça lui faisait penser à ça. Il en avait fait des dizaines, de cauchemars dans le genre, avec cette sonnerie. Des dizaines sur le même scénario. Ca sonnait. Il ouvrait la porte. Et il voyait son corps inanimé. Il se réveillait en sursaut alors, et tremblait le reste de la nuit sans réussir à se rendormir. Mais depuis quelques jours, ça ne lui arrivait plus. Dur de rêver lorsqu’on dormait si peu. Mais tant pis pour la sonnette. Il était arrivé. Et ayant à peine ouvert la porte, il sauta sur lui un grand sourire aux lèvres.




“Yah, mange un peu plus ! T’as presque pas touché à ton assiette.”

Ils étaient allés au restaurant finalement, et MinHyuk n’avait pas fait son gourmand. Il repoussa l’assiette au bout d’un temps à la fixer, mais non, il n’avait toujours pas l’eau à la bouche. Il rigola en expliquant à HoSeok qu’il avait mangé comme un goinfre toute la journée, et il le crut sans difficultés. Tant mieux. Ou pas. Min Hyuk était peut-être trop bon comédien ? Ou son petit ami trop aveugle ? En tout cas, ce dernier semblait triste et mal. Pas comme s’il se doutait de l’état de l’autre, mais comme s’il souffrait lui aussi intérieurement. Mais il n’y avait aucune raison à cela. Wonho ne l’avait jamais connu.

“Et sinon… Pour elle… Toujours la même situation ?”

Frisson. Le sourire du blond ne s’était pas affaissé, juste fait plus discret. Pour elle, toujours la même situation. Toujours dans le coma. Toujours sans espoirs. A ses yeux. Sa mère priait encore, y croyait encore. Appelait les médecins très régulièrement, voire si elle ne les harcelait juste pas. Elle interprétait le moindre signe, en imaginait parfois. Elle était devenue complètement folle même. Au bout d’un moment, Min Hyuk en avait juste eu marre. “C’est comme si elle était morte bordel. Ya plus d’espoirs. Plus aucun.” Il avait crié, le ton néanmoins ferme. Sa mère avait insisté, les larmes aux yeux, il l’avait frappé, et avait quitté la maison. Elle aurait du mourir. Il y aurait eu moins de souffrance. C’était encore plus douloureux, ce fond d’espoir. Parce qu’il est infime, réellement, donc on ne veut pas y croire. Mais il existe, alors on ne peut s’empêcher d’y penser.

“Aucun changement. Mais elle s’en sortira. J’en suis sûr. Et elle me dira qui l’a mis dans cet état. J’irais lui toucher deux mots.”

Ses pensées en parfaites contradictions avec son esprit. Juste pour avoir l’air positif. Il ne voulait pas que Wonho se mette à s’inquiéter. Ca n’aurait fait qu’empirer les choses. Sa soeur était entre la vie et la mort à cause d’un gars. Quelqu’un qui serait sortie avec elle juste pour en profiter et se la péter avant de la larguer, d’après toute la population du village. Quelqu’un qui allait prendre cher le jour où Min Hyuk aura mis la main sur son identité. Il avait juste détruit la famille Lee. La cadette s’était mise à se mutiler, de plus en plus violemment, jusqu’à se créer elle-même une gros hémorragie qui l’avait plongé dans l’état qu’elle était maintenant tant les quantitées de sang perdu étaient importantes.

Alors ils continuaient à parler. MinHyuk s’efforçait de sourire, de relancer les conversations, de demander des détails, de faire une mine étonnée, enjouée, intéressée. Le temps passait, il était long. MinHyuk aimait Wonho mais n’avait pas envie de le voir. MinHyuk aimait Wonho mais il préférait sa solitude, ses larmes et son miroir. MinHyuk aimait Wonho mais il voulait sa soeur. Et personne d’autre. 18h. 19h. 20h. 20h10. L’heure de rentrer. “Non, tu peux rentrer seul, je vais passer chez ma mère avant.” Lee Min Hyuk ne s’arrêtait plus avec les mensonges, même avec lui, même pour lui. Son aîné partit donc, toujours souriant, lançant un “A la prochaine ! Et bon courage.”, laissant le blond seul avec son bol de ramens encore plein.

*****

De : L’Homme Ramen
à KiHyun Eomma

20h39 : Je te jure, j’avais l’air plus malheureux que lui mdr. Il a l’air de s’en ficher complètement que sa petite soeur soit entre la vie et la mort :/

Rep : 20h41 : C’est triste un peu ^^ Il garde espoir au moins ^^ Mais ça te dérange pas de sortir avec lui…? Comme ça ?



Pourquoi ça le dérangerait ? Il l’aimait, Min Hyuk. Il avait aimé sa soeur longtemps, c’était vrai. Lee So Jung, celle qui se faisait appelée Exy un peu partout un peu tout le temps, sans que tout ça n’aie de raisons valables. Comme lui avait WonHo. La sale manie des gens à donner des surnoms se répandait vite dans des villages comme ça.



De : L’Homme Ramen
à KiHyun Eomma

20h43 : Je fais pas que me ‘réconforter’ avec MinHyuk. Je l’aime t’sais ._. J’fais pas les mêmes erreurs que toi tkt mdr



Il n’a pas répondu. Ho Seok a attendu quelques minutes, puis il a éteint son portable. Ki Hyun avait été un gars cool. Il avait même été son meilleur ami fut un temps. Il le jugeait toujours intérieurement pour ses erreurs passées, et la pilule avait du mal à passer. Qu’importe. Il se changea, et partit dormir. Le lendemain, en allumant son téléphone, il vit ceci.


De : KiHyun Eomma
à : L’Homme Ramen

03h12 : Juste une question… Si So Jung se réveillait, et que vous auriez l’occasion de… Vous mettre ensembles. Tu ferais quoi ?

Rep : 08h00 : Elle se réveillera pas.

******

Il avait traîné tard la nuit, dehors. A des heures où rien ne devenait fréquentables, il s’était rendu au bar à côté. S’il l’avait dit à Wonho, il aurait pété un câble. Mais là personne n’est au courant. Il allait se saouler. Il allait oublier. Ou empirer les choses; Il n’en savait rien du coup. Il voulait juste boire, son état actuel il ne le supportait plus, alors autant changer, que ce soit en bien ou en mal. Et comme d’habitude, le lendemain il se réveillera chez lui, à moitié mort dans l’entrée, puant le whisky et la sueur alors que sa tête se mettra à faire retentir le bruit de sa sonnerie en continu.

Mais ce soir là il ne retrouva pas le chemin jusqu’à chez lui. Il se perdit dans une ou deux rues, pris le mauvais chemin, avait peut-être un peu trop forcé sur la boisson. Il s’était laissé tombé sur le sol crasseux de la rue principale déserte, et puis… Et puis...

Et puis rien. Le trou béant d’un souvenir manquant.



Pourtant, il se réveilla chez lui. Puant le whisky, la sueur et… Et non, il n’était pas à l’entrée. Il n’était même pas chez lui. Ni chez Wonho. Ni chez sa mère. Il n’en savait strictement rien. Il avait toujours ses vêtements, sauf son manteau qu’il repéra accroché. Et aucun mal à la tête. Le cerveau encore trop déconnecté de la réalité pour se poser les question “qui, quand, pourquoi et comment”, restant bloqué à la douceur d’un repos auquel il venait de goûter enfin. “Ca va aller ?” Silhouette qui apparut au loin. Jeune homme qui devait avoir son âge, un peu plus petit, les traits délicats, le visage d’un enfant, l’air innocent. Les cheveux d’un brun clair, bien coiffés, le teint pâle mais pas cadavérique, les yeux fatigués mais sans cernes, le corps fin mais pas squelettique. Pourtant il semblait vide aussi. Il avait le même regard que lui, la même façon forcée de prendre soin de lui. Ca se voyait. MinHyuk avait l’impression qu’on le comprenait alors qu’il n’avait pas parlé. L’inconnu ramena un bol de riz et de boeuf, et le lui tendit. “Tu devrais manger.” Laissa-t-il échapper. Toujours aucune réaction de la part du blond. Il fixait juste celui qui avait eu la foi d’héberger quelqu’un comme lui. Il vit des baguettes portant un riz blanc de rapprocher de lui. Le brun insistait. Alors Min Hyuk ouvrit la bouche, même si l’envie n’était pas présente. Il macha lentement, avala avec difficulté. Manger était devenu comme une corvée, peu importe la qualité de la nourriture.



“Et toi, tu as mangé ?” Les premiers mots qu’il avait placé furent suivi d’une réponse négative. “Non, je n’ai pas faim.” Alors il prit le bol, planta les deux bout de bois dedans, et attendit. “Va chercher une paire de baguette, hm ? Mangeons ensemble.” Après une légère hésitation, le brun hocha la tête et retourna dans la cuisine pour revenir avec de quoi se servir dans leur bol commun qu’ils tenaient à deux. C’était la première fois depuis longtemps que MinHyuk finissait son assiette. Il avait été aidé, certes, mais il avait mangé correctement. C’était une bonne chose. “Je suis Min Hyuk. Lee Min Hyuk.” Il hocha de nouveau la tête, comme surpris un peu. Mais il répondit. “KiHyun. Yoo KiHyun.” Ils n’avaient même pas conscience de ce qui venait de débuter avec une simple odeur d’alcool et un repas partagé.



Ils avaient passé la journée ensemble sans trop s’en rendre compte. Ils n’avaient rien fait spécial, n’avaient pas parlé non plus. Ils s’étaient contemplés l’un l’autre, avaient échangés quelques mots, sans tenter de sourire de manière si fausse, sans tenter de cacher comme ils se sentaient. Le temps était passé comme ça, comme passe une journée ordinaire pour le blond. Sauf que là il n’était pas seul à pleurer dans son lit, là il y avait pas de Wonho qui tentait de parler ou de lui remonter le moral. Il y avait un silence juste, un beau silence, comme si même leurs bouches fermées, leurs âmes communiquaient ainsi. Et puis doucement, un sourire se forma sur les lèvres de MinHyuk. Un sourire triste mais réel. Un sourire qui signifiait tout et rien, un “merci” silencieux auquel KiHyun répondit en se rapprochant un peu de lui, esquissant une douce étreinte. “Je peux passer la nuit ici ? Je ne veux pas me retrouver seul chez moi. Et ma sonnette me fait peur.” Le brun rigola doucement. “Reste reste. Autant de temps que tu voudra. J’aime ta compagnie.”

*****

Il faisait quoi la. Sérieusement. De quel droit il…? Non, non. Il fallait qu’il arrête. Vraiment. Mais il ne trouvait pas le bouton off a son coeur. Il n’y avait pas moyen de lui demander de ralentir. Il battait tellement. Il hurlait tellement. Il lui faisait tellement mal. Mais il ne pouvait pas. Il n’avait pas le droit. Minhyuk sortait avec HoSeok. Et MinHyuk était le frère de Exy. Non, non, non, milles fois non. Non. Pourquoi son coeur n’en avait-il si rien a faire de la raison ? Pourquoi son coeur l’obligeait à tout accepter ? A rester a ses côtés ? A resserrer ses bras autour de son corps ? Il passait de plus en plus de temps chez lui. Ils s’étaient échangés leurs numéros mais ne s’en servaient qu’à peine tellement ils se voyaient souvent. KiHyun était juste emporté par son élan d’amour, le premier vrai, premier réel qu’il a pu avoir. Il avait l’envie folle que de venir poser ses lèvres sur celles de MinHyuk, le besoin de se serrer à lui. Un amour doux à l’arrière goût amer, tellement malsain qu’à chaque moment où il se faisait ressentir, la douleur prenait le dessus indéniablement.

A votre avis, qui est le plus fort ? La raison, l’amour ou la douleur ? Qui nous pousse à braver ou respecter les interdits ? Qui efface les deux autres, les écrase et se fait passer pour premier ? Qui nous fait dire “tant pis, j’assumerais les conséquences” ? Pour Ki Hyun, l’amour a tout emporté. Il avait tout mis de côté, il savait qu’il ferait était irréparable, qu’il allait tout perdre, tout, sans exception. Mais tant pis, il n’était plus à ça près.



MinHyuk de son côté il n’en savait rien. Ça faisait cinq jours qu’il répondait une fois sur cinq aux messages de Wonho. Ça faisait cinq jours qu’il se questionnait sur cet amour qu’il avait voué au plus âgé. Il avait toujours cru l’aimer de tout son coeur. Il étaient ensemble bien avant que sa soeur ne tombe dans le coma, et bien avant qu’elle ne se mutile aussi. Bien avant toutes ces bêtises. Ils se voyaient souvent, parlaient de tout et de rien, faisaient des sorties en amoureux, quoi de plus naturel ? Quoi de normal, de plus adorable ? Rien. Ils s’aimaient l’un l’autre. C’était ça hein ? Alors pourquoi il ressentait quelque chose de plus fort pour le jeune brun ? Pourquoi il avait envie de le serrer dans ses bras tout le temps, d’enfouir son visage contre lui, de résider chez lui, de le voir tout le temps, d’être prêt de lui à chaque seconde, pourquoi il se sentait mal dès qu’il ne le voyait plus ? C’était différent qu’avec Ho Seok. C’était plus fort aussi. A croire que deux âmes brisées se complétaient bien.



Des mois passèrent comme ça. MinHyuk ne cherchait plus à contacter Wonho, et ce dernier commençait à se douter de quelque chose. Lee So Jung était toujours dans la même situation, et les médecins conseillaient à ce qu’on la débranche juste. Ça aurait presque été un soulagement pour MinHyuk, mais non, sa mère avait supplié qu’on laisse tel quel.

La relation entre KiHyun et MinHyuk avançait doucement, au rythme de leur vies. MinHyuk avait finit par demander à habiter chez le plus jeune, sa situation financière étant en courbe descendante depuis que tout ce qu’il gagnait revenait aux soins pour sa soeur. Le sourire qui s’était formé sur ses lèvres lorsqu’il avait accepté avait juste donné envie à MinHyuk de l’embrasser jusqu’à l’étouffer. Leur premier baiser s’était fait naturellement, et il était venu de KiHyun étonnamment. C’était timide, doux et pur, comme KiHyun en lui même. Ce simple contact avait donné des frissons a Minhyuk, qui l’avait juste répété en murmurant un “je t’aime” a l’oreille de celui qui n’était plus son ami, mais juste sa moitié, la seule personne qui le faisait tant sourire, la seule personne dont il ne pouvait plus se passer. C’était niais à dire mais ce gamin était devenu son tout. Il souriait sincèrement en sa présence, pleurait sans crainte, mangeait sans se forcer. KiHyun était le plus jeune mais le plus responsable, alors qu’il était aussi mal que lui, ça se voyait. Leur amour les aidaient juste à remonter l’un l’autre, à survivre malgré tout, à ne pas crouler sous la tristesse. Ils avaient continués en chuchotant les seuls mots qu’ils s’échangeaient, comme si élever la voix briserait tout la magie de ce moment, de ce premier contact symbole d’amour. Le soir même, allongé dans le lit qu’il partageait encore une fois avec la même bouille aux cheveux bruns, il écrivit un “On peut se voir, demain ? Je dois te dire quelque chose. C’est urgent.”, avant de s’endormir. Pourquoi tout était si difficile ? Il repensait à son premier baiser avec Wonho. Ils l’avaient fait parce qu’ils étaient en couple. Pas parce qu’ils en avaient forcément envie. Ca ne l’avait jamais frappé jusque là, il se sentait comme un monstre de faire foirer le tout juste parce qu’il ne connaissait pas ses sentiments. Qu’importe, sa journée avait été belle. Il posa son portable sur la table de chevet, se retourna pour enlacer KiHyun dans son sommeil, s’endormant en le serrant contre lui, l’envie de pleurer tellement qu’il l’aimait, tellement qu’il avait peur de le perdre, tellement...

******

“HAHAHA.” Le rire de Ho Seok retentissait dans tout le café. Il était à moitié levé, pris d’un éclat de rire qui n’avait rien de drôle, ça faisait presque malsain plutôt comme ça. MinHyuk le regardait, surpris d’une telle réaction. “Tu me tues, Lee Min Hyuk. Que tu me quittes, c’est une chose, mais que tu me quittes pour Ki Hyun.” Wonho pleurait presque de rire, c’était effrayant. Le blond n’aurait jamais imaginé que ça se passerait comme ça, qu’il aurait cette réaction. Il l’avait imaginé en colère, triste, dévasté, il l’avait imaginé le frapper peut-être, ou juste crier dans tout le café, mais là, il riait. Il pleurait certes, mais de rire. MinHyuk fronçait les sourcils, curieux de savoir ce qu’avait Ki Hyun, ce qu’avait son Ki Hyun. Et depuis quand ils se connaissaient, Wonho et lui ? On ne le lui avait jamais dit. Le blond attendait la suite, attendait des explications.

Et puis elles arrivèrent.

Erreur 404. Redémarrage en cours.

“Je ne te crois pas.”

“Tu devrais, c’est la vérité. Tu n’as jamais remarqué qu’il était mal ? C’est pour ça. Il est tout calme, mais je peux t’assurer qu’il n’est pas comme ça, qu’il ne l’était pas avant et qu’il ne le sera plus dès cette mauvaise période passée. Il a des apparences d’anges mais c’est juste le pire. Je sais pas ce qu’il cherche à accomplir en sortant avec toi. Ca me fait rire que tu préfère quelqu’un comme lu…”

Le blond avait crié un “Stop.” pour faire taire celui devenu son ex. Il ne voulait pas en entendre plus. Il ne le croyait toujours pas. Il posa l’argent de l’addition sur la table, sortit du café d’un pas rapide mais qu’il voulait assuré et sec. Il ne le croyait pas. C’était sur le coup de la colère que Ho Seok avait balancé tout ça, et par jalousie. Alors pourquoi il avait la nausée, et pourquoi il avait l’impression d’avoir un noeud dans l’estomac ?



Il mis du temps à rentrer chez lui -enfin chez KiHyun. Il s’arrêtait parfois, se trompait de chemin, analysait chaque paroles de HoSeok, se répétait que c’était faux, que ça ne pouvait pas être vrai. Que si Yoo Ki Hyun était ce genre de gars, alors le monde ne tournait plus rond. Que c’était faux, que ça ne pouvait être que faux. Alors pourquoi il le ruminait autant ? Pourquoi il avait ce point dans le ventre, qui persistait ? Il douterait tant de ça de celui qu’il aimait ? Et pourquoi il l’aimait déjà ? Et si depuis le début il s’était trompé de notions juste ? Qu’il avait abandonné Ho Seok alors que rien n’allait durer ? Et… Et ces doutes lui faisaient réellement tourner la tête. Il se sentait mal, avait l’envie de vomir. Se baissait quelques fois, pensant que ça allait venir, mais non, il avait juste un goût dégueulasse dans la gorge, peut-être celui de la vérité, peut-être celui du mensonge, il n’en savait rien.

Après une heure à traverser les rues alors qu’il aurait dû en passer une vingtaine, il se traîna chez le brun, qui l'accueillit un petit rictus et des baguettes à la main. “J’allais t’appeler pour savoir où tu étais. Tu viens manger ?”

“Non merci, je n’ai pas faim.” Une réponse qu’il n’avait pas entendue depuis quelques mois déjà. A ce moment il devina que ça n’allait pas. Le plus petit avait la mine inquiète d’un coup. Plus jamais lui ni MinHyuk ne s’étaient permis de rater un repas. Ils les passaient ensemble désormais, se forçaient quand l’envie n’y était pas. Même le jour ou MinHyuk avait tenté de se mettre aux fourneaux et ou les ramens avaient eu le goût d’eau et le boeuf avait fini d'un noir charbon. Le brun s’était gentiment moqué de lui mais ils s'étaient quand même forcés, parce que l’eau et le boeuf brûlé c’était pas si horrible que ça passé les deux premières bouchées.


“Hyukie-ah, ça ne va pas ?” Aucune réponse. Il ne le regardait pas, il se déchaussa vitesse éclair, et partit dans la chambre sans répondre. Ki Hyun le regarda faire, puis posa son tablier blanc dans la cuisine, s’y dirigeant à son tour. Toc toc toc. Aucune réponse. Il ouvrit la porte, le découvrant assit sur le lit, fixant le sol, comme inanimé. Le brun se posa à côté de lui, le regardait toujours. Il n’osait en plaçait une, parce qu’il devinait ce qui s’était passé, qui Min Hyuk avait vu, ce qu’on lui avait dit. Il prit le bras de celui qu’il aimait, prenant une grande inspiration. Il réalisait au fil des secondes à quel point il avait peur ne serait-ce de dire qu’un mot, de dire le mauvais, d’appuyer sur le doute. Il avait peur que ça s’arrête si vite, il voulait un peu plus, il ne supporterait plus rien sans Min Hyuk, il serait totalement perdu, il n’aurait plus le courage de rien, comme avant. Mais tout ça, on s’en foutait hein ? Parce qu’au pire c’était de sa faute à lui s’il était dans cet état, s’il était aussi mal. Il avait fait des erreurs irréparables, et impardonnables surtout.

“Ho Seok...” MinHyuk leva la tête pour regarder Ki Hyun. Ce fut au tour de ce dernier de baisser les yeux. Sa voix était déjà brisée, il bloquait déjà. “Tu connais Wonho ? Tu savais pour nous deux ? Tu savais pour aujourd’hui ? Il a raison alors ? Tout est de ta faute ?” Il s’emportait peut-être. En deux syllabes il venait de montrer qu’il le connaissait. Qu’il savait même qu’ils s’étaient vus. Et ça pouvait tout confirmer non ? Min Hyuk n’en savait plus rien. Il dégagea son bras, se leva d’un coup. Et KiHyun se laissa faire. Depuis le début le brun s'était préparé à ce moment, il savait que ça allait arriver. Il avait imaginé Min Hyuk crier, il l’avait imaginé s’énerve jusqu’à le frapper peut-être, il avait imaginé de la haine dans ses gestes et de la déception dans le regard. Mais il n’y avait tellement rien de tout ça. MinHyuk lui jeta un regard vide, et il partit, sans rien dire. Rien.


******

MinHyuk avait envie de tout plaquer. Il avait envie de laisser ce ***** ici, de partir en claquant la porte sa valise à la main. Mais où aurait-il pu aller ? Il n’avait nulle part où se rendre. Cela faisait une semaine qu’il vivait dans le même appartement de KiHyun sans le voir. Sans le calculer. Il avait fallu de quelques heures pour que leur relation bascule de l’amour fou à une indifférence totale. C’était ce qui semblait en tout cas. MinHyuk dormait sur le canapé pour ne pas s’approcher de KiHyun. Il sortait toute la journée pour ne pas le voir. C’était par haine, juste par haine. Se répétait-il intérieurement. L’auto-persuation marchait en apparence mais elle avait ses limites. Il avait toujours cette même envie de le prendre dans ses bras. Le regard de celui qui avait aimé, et qu’il aime encore lui brisait le coeur à chaque fois. C’était pour ça qu’il cherchait à l’éviter en réalité. Il ne supportait pas devoir le laisser seul. Il ne supportait pas voir ses cernes, lui jeter des regards désolés qu’il faisait mine d’ignorer ou de ne pas voir. Les repas n’étaient plus préparés. Les seules choses que KiHyun s’efforçait à manger c’était des gâteaux qu’il achetait à l’épicerie et qu’il ne finissait même pas, abandonnant au bout de trois crocs. Lui-même ne faisait pas mieux. Ils étaient dans le même état d’esprit, mais au lieu de s’aider ils se détruisaient l’un l’autre. Mais est-ce que Min Hyuk pouvait faire autrement ? Hein ? Il aimait un *****. Il aimait le gars qui l’avait mis dans cet état. Il aimait le gars qui avait détruit sa famille. Il n’avait pas le droit de l’aimer.


Aujourd’hui KiHyun n’était pas à la maison.

C’était normal. Il devait avoir repris son boulot. Il est rentré, il semblait épuisé. Il avait quelques vertiges, peut-être les difficultés de la reprise ? Je ne sais pas. Je n’ai rien dit, je l’ai regardé se diriger dans sa chambre sans rien manger. J’ai résisté longtemps sans lui adresser un mot. Je continuerais. Il ne mérite rien, il a tué ma soeur.

~

Aujourd’hui, KiHyun s’est évanoui en franchissant le pas de la porte. Ses horaires étaient dures. Avant il n’en faisait pas autant. Pourquoi toutes ces heures supplémentaires ? Il dort 3h par nuit, rentre à 00h, commence le lendemain à 4h tapantes. Il mange toujours aussi peu, et maigrit à vue d’oeil. Moi aussi j’ai perdu quelques kilos, mais ce n’est pas comparable, moi je ne bouge pas de la journée. Ne pas le prendre en pitié. Ne pas lui demander pourquoi. Ne pas le regarder. L’ignorer. Je dois l’ignorer. Il a tué ma soeur.

~

Cette nuit, KiHyun n’est pas rentré.



Première heure de la journée. Minuit passé, depuis 60mn, mais Ki Hyun n’était pas là. Pourquoi ? Il avait toujours été ponctuel. 01h24. Aucune trace de lui. Min Hyuk n’arrive pas à dormir, c’est effrayant. 01h55. Non, non, ça ne va plus. Crispé, Min Hyuk arrêta de guetter la porte. Il saisit son portable, envoya un message. “Tu compte rentrer quand ?” qu’il hésita longtemps à envoyer.



02h01. Aucune réponse. Ca ne faisait que six minutes mais plus le temps passait plus il était stressé. Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Et si il avait eu un accident ? Et s’il était blessé ? Et si… Si... Il pouvait tomber sur n’importe quel genre de personnes à 00h. N’importe quel genre de personnes, capables de tout, même des actes les plus déplorables. Ca n’allait plus, il tremblait. Il appela encore, aucune réponse. Il mis ses chaussures et sortit dehors. Il repris le chemin que faisait KiHyun pour aller au travail. Ki Hyun travaillait comme aide dans le service des urgences, il n’était encore qu’étudiant, mais aidait dans les hôpitaux dès qu’il en avait le temps. Qui aurait pu croire que quelqu’un comme lui pouvait faire ça à quelqu’un comme sa soeur ?



Non.



La question ce n’était pas ça. La question c’était. Comment Min Hyuk pouvait croire que quelqu’un comme Ki Hyun avait fait tant de mal à sa soeur. C’était un malentendu, un mensonge. Quelque chose ? Il voulait y croire. Pourquoi il s’était comporté comme ça ? Pourquoi Min Hyuk avait si mal réagi déjà ? Pourquoi tous ces doutes avaient commencés ? Parce que KiHyun les avait comme accepté. Il n’avait pas essayé de protester, de se justifier. C’est bien qu’il avait quelque chose à voir là dedans, hein ? Non ? Si ? Peut-être ? Il n’en savait rien. Il avait la tête qui tournait et se contentait de courrir jusqu’à l’hôpital où KiHyun travaillait. L’hôpital devant lequel il arriva essoufflé. L’hôpital devant lequel il distingua les traits de Ho Seok. Surpris, le blond allait en placer une, mais non. “Ta soeur s’est réveillée. J’étais parti faire un don de sang, et j’ai appris la nouvelle. KiHyun y est, il s’occupe d’elle.”



Min Hyuk resta sans réaction pendant un moment. Il ne bougeait plus, choqué. Il s’attendait tout sauf à ça. Pourquoi elle s’était réveillée ? Il était censé ne plus avoir d’espoir. Elle était censé être à moitié morte. Elle était censé être à moitié morte à cause de Ki Hyun. Elle était censé… Il secoua la tête pour faire chasser toutes ces idées, ouvrit la porte du bâtiment, ne demanda même pas l’autorisation, il s’en fichait, il s’en foutait, Lee So Jung était en vie, Lee So Jung s’était réveillée, Lee So Jung allait revenir parmis eux. Et KiHyun, KiHyun, il se sentait tellement coupable de penser à lui maintenant, mais...



Non, plus le temps de penser. Il arrivait devant la porte, la tête qui tournait, la boule dans la gorge. Il vit la porte entrouverte, n’osa pas y entrer. Il y vit sa soeur, les yeux ouverts, ouverts. L’envie de pleurer y était, mais il entendait déjà quelqu’un sangloter dans la pièce. KiHyun.



“...et ton frère était vraiment adorable. C’est le plus beau et le plus gentil des anges, je ne sais pas si tu te rend compte à quel point tu as de la chance d’avoir son amour et son attention. Je t’envie pour ça tu sais, haha.”

Le rire au milieu des larmes.

“Et je m’excuse encore. Ca ne change rien, mais je m’excuse, tu ne saura jamais à quel point. C’est de ma faute si tu es ici. Je ne pensais pas qu’il se passait ce genre de choses derrière mon dos. Quand tu reprendra le contrôle total de ton corps, je te laisse faire ce que tu veux de moi, si ça peut te soulager. Mais ne fais plus jamais ce genre de choses, je t’en supplie. Min Hyuk a tellement souffert…”

Il pleurait silencieusement, sa voix ne portait plus aucun sanglot, mais ses larmes coulaient sans arrêt, sur ses joues rondes, sans arrêt, de ses yeux si beaux, sans arrêt…

So Jung leva son bras encore parsemé de perfusions. So Jung pointa du doigt la porte, son ouverture qui laissait apparaître un Min Hyuk l’air choqué. Elle n’avait même pas tourné les yeux. Comment elle a pu savoir que…? Qu’importe. Il ouvrit la porte doucement. KiHyun avait l’air encore plus surpris que lui.

“Et je peux savoir ce qu’il s’est passé ?”

******

Elle me disait rien, et j’étais obligée de deviner ? Elle ne disait rien à personne. Elle n’avait jamais rien dit. Lee So Jung, c’était comme si elle était muette. La seule personne avec qui elle échangeait deux mots, c’était KiHyun. Ils ne s’aimaient pas, ou en tout cas lui n’éprouvait rien. Pas Exy. Puis elle l’a dit, elle a déclaré sa flamme. Cet abruti de Ki Hyun a eu peur, alors il a accepté de sortir avec elle. “Je n’éprouve rien, mais ça changera.”



Ca se voyait, ça s’était vu. Ca sautait aux yeux même. Elle était mal à l’aise, lui aussi. Rien n’allait, c’était forcé, ça n’allait pas. Une totalement folle amoureuse, l’autre qui attendait que les sentiments viennent, qui ne voulait pas briser un coeur. Être trop gentil, c’était nocif parfois. Elle commençait à aller vraiment mal, c’était tellement malsain, elle en pleurait mais n’osait rien dire. Ca la bouffait à petit peu, trop stressée de tout, trop mal de rien. Et puis HoSeok, aussi. HoSeok était gentil, HoSeok était adorable. Mais il l’aimait trop lui. C’était presque venu au harcèlement, c’était pas intentionnel, mais à force de penser ne satisfaire personne, elle s’en était prise à elle même, sans raison apparente. Et on était dans un petit village, les rumeurs circulaient vite. “*****” était devenu son deuxième surnom, c’était récurrent, ça devenait permanent. On venait l’aborder, la “taquiner”, elle n’avait plus longtemps supporté. Mais Exy était muette, Exy ne parlait pas, Exy souffrait seule. Exy ne voulait plus vivre, Exy vivait de la mort, de la blessure, de la souffrance. Exy ne voulait pas plus vivre aujourd’hui. Exy se servit de la main qui bougeait encore pour arracher ses perfusions, Exy était égoïste, Exy ne veut revoir personne, Exy ne veut pas rouvrir les yeux. Exy arrache le bon fil, celui qui la fait respirer. Exy referme les yeux. Exy les abandonne.


Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip. Min Hyuk, tu devrais te lever et aller ouvrir la porte de ton appartement.


J'espère que ça vous a plu, je vous remercie d'avoir lu jusque là ♥
Revenir en haut Aller en bas

J'embraserais ton cœur pour mettre une étincelle dans tes yeux. - OS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pour le plaisir de vos yeux messieurs
» AMSTRONG EN REFUGE VEUT METTRE ETOILES DANS LES YEUX 59
» Aide pour mettre un avatar ou une bannière
» Pour mettre la main à la patte.
» Comment on fait pour mettre une photo en profil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIP™ ♥ ::  :: Corbeille :: Autres :: Cimetière autres :: Flood &Graphisme-